Mois de la Bible : Ces six étapes à suivre pour la “Lecture Orante” des textes sacrés

L’Evêque du Diocèse de Butembo-Beni appelle les fidèles chrétiens, les membres des commissions liturgiques de Lecteurs dans des communautés chrétiennes, les hommes et les femmes de bonne volonté à s’initier et à se familiariser aux méthodes orantes de la Bible. Ces méthodes sont celles approuvées par l’Eglise notamment la ‘Lectio divina’» mot latin qui signifie « Lecture divine ». Renforçant le message de de Mgr Sikuli Paluku contenu dans sa Lettre pastorale du 4 septembre 2020, le professeur abbé Mahiniro détaille six étapes dans la pratique de la lecture orante de la Bible.

Selon le professeur abbé Mahiniro Tasiho Jean-Pierre, bibliste, la meilleure lecture de la Bible doit être soutenue par une bonne intention spirituelle susceptible d’opérer des transformations profondes des habitudes de penser, de croire et d’agir. A la question de savoir « comment lire les Saintes Ecritures », le spécialiste répond.

« Il faut la lire avec une bonne intention. C’est de connaitre ce que Dieu veut de l’humanité, de soi-même. Ensuite, connaitre ce que voulait dire l’auteur de chaque livre, de chaque passage. Après, y ajouter le message qui construit, édifie la personne qui l’écoute ; et surtout dans un esprit de charité, comme le disait Saint Augustin », a-t-il conseillé.

Au sujet de la lecture orante des textes sacrés, le professeur abbé Mahiniro détaille six étapes dans la pratique de cet exercice spirituel.

  • La « Lectio » : lire plusieurs fois un passage ou un texte biblique ;
  • La « Meditatio » : on cherche à bien le comprendre, à bénéficiant de la richesse des autres modes d’interprétation ;
  • La « Collatio » : le partage ;
  • La « Ratio » : la raison. On parle à Dieu avec tout ce qui nous caractérise, l’intention de prière ;
  • La « Contemplatio » : après avoir parlé à Dieu, il faut le laisser nous parler ;
  • L’ « Actio » : on s’engage à agir pour la sanctification de soi-même.

Dans le contexte actuel de la pandémie et d’insécurité sociopolitique, la lecture régulière des Saintes Ecritures doit soutenir et renforcer la foi, la charité et l’espérance des membres de l’Eglise, chute notre interlocuteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *